Vous êtes ici

Des ancrages en pneu de motos, ça vous branche ?

Conscient que la communauté des motards représente une part de marché non négligeable des personnes tatouées, la première entreprise de motos des Etats-Unis, Indian Motorcycle, a décidé de faire collaborer un tatoueur, Franco Vescovi, et une légende du motocross, Carey Hart, et ainsi créer le premier tatouage issu des résidus d’un burn-out. Parce qu’avant d’être une maladie professionnelle, le burn-out est bel et bien une figure « consistant à faire déraper la ou les roues arrière ou avant en accélérant tout en bloquant partiellement ou non la ou les roues avant ».

 

Les motards, ces grands tatoués

Nombre de personnes tatoués sont aussi des afficionados de la moto. Et vice et versa, selon la chronologie de la passion. Si aujourd’hui se faire tatouer devient de plus en plus courant et que l’ancrage n’est plus systématiquement accolé aux mauvais garçons, des groupes de motards bien connus, comme les Hells Angels, ont contribué à faire cette association d’idée : motard = tatoués. Il se trouve que Carey Hart, bien connu des amateurs de motocross, est aussi très friand de tatouage. Une marque de moto américaine a donc créé une rencontre avec le tatoueur Franco Vescovi afin de réaliser des tatouages issus des burn out de la star.

 

Une opération commerciale avant tout

Alors bon, je vous vois déjà venir, "mais c’est pas du tout hygiénique ces résidus d’échappement et de carbone issus de toute cette gomme fondue"… Et vous avez tout à fait raison, c’est pour ça qu’un traitement en laboratoire visant à éliminer toutes les toxines et résidus est effectué au préalable. Alors bon, c’est organisé par une grande marque, qui fait avant tout une opération commerciale, c’est vrai que rien que pour ça, l’initiative apparaît comme très artificielle et impersonnelle. On peut tout de même trouver l’idée amusante… On peut !

Voir tous les articles sur :   Actus tatouage